presse

Héricourt - Visages au singulier pluriel au lycée Louis Aragon.

"L’an passé, au terme d’une résidence de trois ans de la compagnie théâtrale en attendant... au lycée Aragon, son directeur Jean-Philippe Naas, a proposé à Laurent Pernot d’intervenir autour du portrait.
Environ 70 élèves de toutes sections, ont été tentés par ce "travail sur l’identité à l’adolescence, période de métamorphoses, de questionnement" rappelle le vidéaste, titulaire d’une maitrise de photographie et multimédia, enchaînant les résidences en Allemagne, Italie, Canada ou Japon.

A la recherche de l’universel.

Le résultat, une oeuvre condensée de 12 minutes, sensible et pudique, a été présentée cette semaine au lycée.
Des textes de chansons choisis, fragmentés, chuchotés par les élèves, se dégagent les thèmes de la rencontre, l’amour, la famille, l’intime, la solitude, l’incertitude.
Parallèlement, des mouvements à peine perceptibles, saisis comme suspendus dans le temps, des jeux de lumières jouant sur les visages, sourd égalemet une émotion palpable, vivement ressentie par les lycéens venus ce jeudi à la rencontre de l’oeuvre et l’artiste.
Les questions techniques n’ont pas manqué, mais le dialogue s’est vite engagé sur une démarche "à la recherche de l’universel, où l’individu gagne sa singularité tout en étant le fragment d’un tout" a expliqué le vidéaste.
Les participants, devant cette oeuvre au rythme lent, hypnotique, ont donné leurs sentiments : "c’est reposant" "c’est nostalgique" voire "ça me donne envie de pleurer" ou bien "c’est une réconciliation".
La réflexion a été encouragée par le professeur d’arts plastiques Laurence Guillaume.
L’arche de Bethoncourt, partenaire de cette opération, ne compte pas arrêter là sa collaboration avec l’établissement scolaire."

"Le Pays" édition Belfort/Héricourt/Montbéliard - publié le 17/10/10
Nicole Blivet